5 rue d'Estienne d'Orves, 94000 Créteil
/
Téléphone
Retour vers l'Accueil

La flèche de l'archer, par Blandine


La flèche de  l’archer

 

 
Je suis une flèche blottie dans un carquois
Contre d’autres flèches je me sens à l’étroit
Frisant le mal de mer à chaque nouveau pas
Je suis bien ballotée, chose que je n’aime pas.

Et puis vient le moment pour moi tant attendu
De l’immobilité et du temps suspendu
J’aperçois une main et des doigts étendus
Se diriger vers moi d’une façon convenue.

D’un geste bien rôdé je me sens soulevée
Retirée du carquois je me trouve isolée
Mais déjà mon encoche se retrouve orientée
Vers l’endroit où la corde va me propulser.

Par un petit coup sec, me voilà enclenchée
Au précieux pas de tir où je suis installée
Reposant gentiment tout près de la poignée
J’attends bien sagement l’instant de la volée.

Mon regard est tourné vers la cible éloignée
D’une distance étudiée en fonction des archers
Lentement je me sens vers l’arrière reculer
Puis partir promptement tout comme une fusée.

L’air caresse mon fût et me fait tressaillir
Ondulant dans le vent je ne vais pas faiblir
Car l’objectif est là à portée de ce tir
Dans un très court instant, je m’en vais atterrir.

Le choc de l’arrivée m’arrête brusquement
Dans un bruit étouffé j’ai un doux tremblement
La pointe de mon nez est un peu enfoncée
Dans la paille pressée et l’impact est ciblé. 

S’ensuit un laps de temps où le calme est présent
Où je revis encore inévitablement
Ces quelques sensations plus tard renouvelées
Jusqu’à épuisement de l’archer révélé.

D’autres flèches déjà viennent à côté de moi
Me tenir compagnie, plus proches chaque fois
Des pas puis un regard, je me sens observée
Et bientôt une main vient pour me libérer.

Une rapide inspection de mon intégrité
Me revoilà déjà dans cette obscurité
Dans cet endroit spécial et son odeur de bois
Je suis une flèche blottie dans un carquois.
 
Blandine SAROCHUS (février 2014)